Programme de l’édition 2017 *

 du mercredi 26 au samedi 29 juillet 2017

* sous réserve de modifications

 

Mercredi 26 juillet 2017

18h00 | Mairie, déambulation vers le Palais Lascaris puis l’église St Pierre.

Vernissage de l’exposition/installation des travaux de Betty Schiember et Sandra Najem, suivie de la projection d’un court métrage réalisé par Lou Gorskowski, inspiré par  l’œuvre de Charlotte Salomon, Vie ? Ou Théâtre ?

Exposition des travaux jusqu’au dimanche 30 juillet.

(salle des mariages de la mairie & Palais Lascaris).

 

21h00 | Église St Pierre.

Spectacle musical inspiré par « Charlotte Salomon ».

Trio Benzaiten (Mandoline, mandole & piano), Nikolaj Maretzki (mandole) & Olivier Delaye (lecteur)

 

Jeudi 27 juillet 2017

18h00 | Rues du village.

Concert promenade dans les rues du village.

Natalia Korsak & Sabine Marzé (mandolines), Nikolaj Maretzki (mandole), Jeanne Hourez (piano) & Anne-Sophie Llorens (guitare).

 

Vendredi 28 juillet 2017

18h00 | Place du village.

Trio Assaï et la danseuse Sandra Bermejo.

 

21h00 | Église St Pierre.

Concerto Foscari, sous la direction d’Alon Sariel (mandoline).

Telemandolin Programme (musique baroque).

 

Samedi 29 juillet 2017

17h30 | Église St Pierre.

Concert des stagiaires.

 

21h00 | Église St Pierre.

Soirée autour de la musique espagnole :

Alon Sariel,

Le Duo Romanesca,

& le Trio Assaï et la danseuse Sandra Bermejo.

 

Le programme détaillé

 

Les concerts du soir à l’église Saint-Pierre

 

Mercredi 26 Juillet | 21h Église St Pierre .

Dans le cadre de son programme de création de spectacles alliant mandoline, littérature et arts plastiques, le FIMAC présente une création de Sabine Marzé, Patrice Bernart et Gilles Moret, s’inspirant du livre à succès de David Foenkinos, « Charlotte » (Prix Renaudot 2014) et de l’œuvre de Charlotte Salomon elle-même « Vie ? ou théâtre ? ».

Charlotte Salomon

La partie musicale s’articule autour des compositeurs dont Charlotte Salomon s’entourait lors de son processus de création: Jean-Sébastien Bach (Concerto pour 2 violons en ré m), Ludwig van Beethoven (Sonate N°5 le Printemps) et le célèbre quatuor N°14 de Franz Schubert connu sous le titre de « La jeune fille et la mort ». Un arrangement du deuxième mouvement (pour mandoline, mandole et piano) a été réalisé spécialement pour ce concert spectacle durant lequel une création vidéo évoquant les œuvres de Charlotte Salomon sera projetée.

La création de l’œuvre « Cendres » spécialement écrite pour l’occasion par une compositrice canadienne Julie Thériault clôturera cette soirée.

Nous retrouverons alors Nikolaj Maretzki (mandole) et le trio « Benzaiten », composé de la directrice artistique du FIMAC, Sabine Marzé à la mandole, de la virtuose biélorusse Natalia Korsak à la mandoline et de l’élégante et lumineuse Jeanne Hourez au piano.

En préambule à cette soirée, un vernissage des œuvres plastiques et picturales des artistes collaboratrices au projet, Betty Schiember et Sandra Najem, ainsi que la projection d’un court métrage réalisé par Lou Gorskowski inaugureront cette soirée consacrée à Charlotte Salomon.

 

Trio Benzaiten (copyright L.Bouffier)

Tête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julie Thériault

compositrice de la création « Cendres »

qui sera interprétée le mercredi 26 juillet (spectacle Charlotte)

Julie Thériault

Julie Thériault complète ses études en piano avec Marc Durand en 1991…

Passionnée par les paramètres physiques et mathématiques (elle avait d’ailleurs hésité entre musique et polytechnique) qui lient musique, peinture et esthétique universelle, elle emprunte différents sentiers qui la mèneront à enseigner, fonder et diriger une école de musique au collège Brébeuf et explorer le monde de la création picturale.

Elle évoque souvent les couleurs et les vibrations…

Celles de la musique la conduiront à différents stages américains d’improvisation avec des gens de « music for people » et à créer avec des musiciens interprètes.

Celles de la peinture l’amèneront à faire plusieurs expos à Montréal et à New York, dont la plus récente liait ses deux mondes…une exposition « musicopicturale ».

Elle a récemment terminé une maîtrise en musique de film et multimédia avec Ana Sokolovic (2013), a signé la musique pour plusieurs documentaires et vient de lancer son premier disque en duo avec la prestigieuse étiquette Audiogram. Elle prépare actuellement son premier disque solo de musique instrumentale.

http://www.lapresse.ca/arts/musique/entrevues/201511/03/01-4916834-julie-the-wolf-le-feu-de-deux-mondes.php

Vendredi 28 Juillet | 21h Église St Pierre.

Le Concerto Foscari dirigé par Alon Sariel (mandoline & luth) présente son Telemandolin projet autour de la musique baroque, notamment du compositeur Georg Philipp Telemann, dont nous commémorons en 2017 le 250ième anniversaire de la disparition. Ce projet, qui a fait l’objet de la diffusion d’un CD produit par le label Berlin Classics, sera donné pour la première fois en France à Castellar.

Alon Sariel (copyright G.Hohenberg)

 

Samedi 29 Juillet | 21h Église St Pierre.

Cette soirée sera consacrée à la musique espagnole. Le Trio Assaï présentera un programme organisé autour des grands compositeurs espagnols : Albeniz, de Falla, Barrios, Granados, Turina, etc. dont ils sont les spécialistes incontestés sur notre continent. Leur concert sera illuminé par la danse de Sandra Bermejo, grande dame du flamenco classique et spécialiste de la danse classique espagnole traditionnelle.

Alon Sariel et le Duo Romanesca (Sabine Marzé & Anne-Sophie Llorens) introduiront ce concert.

 

Sandra Bermejo

 

Trio Assaï

Alon Sariel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Duo Romanesca            

Les concerts de fin d’après-midi

Deux concerts, le jeudi et le vendredi seront donnés à 18h dans le village, soit sur la place, soit sous forme de promenade/concert dans les ruelles de Castellar.

Ces concerts, à participation libre, rassemblent tous les musiciens présents au festival qui proposent ensemble ou séparément des programmes variés destinés à montrer aux spectateurs peut-être moins connaisseurs de la mandoline, tous les aspects de cet instrument.

 

 

Les artistes du Festival

Alon Sariel et Concerto Foscari :

Alon Sariel

Alon Sariel est mandoliniste et luthiste. Ce musicien confirmé qui réside habituellement à Hanovre, se produit dans le monde entier à la fois en tant qu’instrumentiste mais aussi comme chef d’orchestre. Il est à l’aise dans toute sorte de musique, qu’elle soit ancienne ou contemporaine.

Il avait déjà largement séduit le public du festival en 2012, il revient à Castellar à la tête du  Concerto Foscari qu’il a constitué pour des projets de musique baroque. Il a rassemblé de jeunes musiciens de différentes nationalités qui joueront sur des instruments anciens.

Le Concerto Foscari dirigé par Alon Sariel  présente son Telemandolin projet autour de la musique baroque, notamment du compositeur Georg Philipp Telemann, dont nous commémorons en 2017 le 250ième anniversaire de la disparition. Ce projet, qui a fait l’objet de la diffusion d’un CD produit par le label Berlin Classics, sera donné pour la première fois en France à Castellar.

 

Concerto Foscari

 

 Alon Sariel et l’Ensemble Concerto Foscari

 

Trio Assaï et la danseuse Sandra Bermejo

 

Trio Assaï

Il s’est constitué autour d’un objectif très similaire à celui du FIMAC : la promotion des instruments à plectre à travers la « bandurria » cousin de la mandoline. Avec un répertoire très « classique » ils parcourent le monde hispanique bien entendu, mais aussi l’Europe, les États-Unis et Israël où ils ont joué avec Alon Sariel qu’ils retrouveront cette année au programme de la présente édition du FIMAC. Ils se produisent régulièrement pour la chaîne classique de la télévision espagnole et dans tous les hauts lieux de la musique classique en collaborant avec les plus grands orchestres.

 

Le Trio Assaï présentera un programme organisé autour des grands compositeurs espagnols : Albeniz, de Falla, Barrios, Granados, Turina, etc. dont ils sont les spécialistes incontestés sur notre continent. Leur concert sera illuminé par la danse de Sandra Bermejo, grande dame du flamenco classique et spécialiste de la danse classique espagnole traditionnelle.

Sandra Bermejo

Trio Assaï et la danseuse Sandra Bermejo

 Les Parrains du Festival

Natalia KORSAK

Natalia Korsak

Natalia Korsak est de ces personnages qui impressionnent dès la première rencontre tant on les sent habités par leur art. Elle rayonne du charme subtil et romantique de ses origines slaves. Vouée à la musique depuis sa petite enfance, Natalia Korsak a accumulé un nombre considérable de récompenses dans les plus grands concours internationaux et enseigne désormais la mandoline et la domra à l’Académie d’État à Minsk. Sa virtuosité élégante et aérienne emmène son auditoire vers des émotions raffinées et rares. Elle a accompagné le Festival depuis sa création et a contribué largement à son succès et à sa réputation auprès des meilleurs mandolinistes mondiaux.

 

Nikolaj MARETZKI

Nikolaj Maretzki

Nikolaj Maretzki

Nikolaj Maretzki est actuellement directeur des spectacles et tournées de l’Orchestre Philharmonique de l’État biélorusse avec lequel il s’est produit dans le monde entier des USA au Japon en passant par les principaux pays d’Europe. C’est l’un des maîtres des instruments à plectre les plus recherchés au monde, ce qui lui vaut d’être régulièrement invité en tant que membre du jury des plus prestigieux concours internationaux. Par ailleurs il a joué sous la direction de Rostropovitch. Il met son immense talent au service d’un jeu puissant exploitant à merveille les possibilités insoupçonnées de la mandoline. Lui aussi a participé à la création du Festival en 2009 et lui est fidèle depuis.

La Directrice artistique

Sabine MARZÉ

Sabine Marzé

Sabine Marzé

C’est autour de son talent, reconnu notamment par le premier prix du Concours International d’Osaka en 2007 que se rassemblent les artistes de renom qui viennent faire du Festival de Castellar un des hauts lieux mondiaux de la mandoline classique. Sabine Marzé a commencé la mandoline à l’âge de 6 ans à l’Académie de Musique Prince Rainier III de Monaco; elle y obtient une médaille d’or de mandoline en 1997, un diplôme d’études musicales en formation musicale à l’unanimité en 2000, puis deux ans plus tard, un DEM en musique de chambre à l’unanimité avec les félicitations du jury. Entre 2000 et 2004 elle se perfectionne auprès de Gertrud Weyhofen, Caterina Lichtenberg et Nikolaj Maretzki. Elle accomplit l’exploit de faire passer un touchant lyrisme à travers un jeu tout en virtuosité et rigueur.

En tant qu’interprète, elle est régulièrement invitée des orchestres philharmoniques de Nice et de Monte-Carlo pour des programmes où la mandoline est particulièrement mise en valeur mais aussi avec l’orchestre de chambre des Cévennes avec lequel elle interprète les concertos du grand répertoire pour mandoline : Vivaldi, Hummel, Calace….

Très engagée dans la musique de chambre, Sabine fonde le Duo Romanesca avec la guitariste Anne-Sophie Llorens, avec laquelle elle entraîne le public dans un voyage musical au travers de toutes les époques et dans des styles différents.

Autre projet majeur, l’ensemble Ton’Art qui, avec ses amis biélorusses Natalia Korsak et Nikolaj Maretzki, explore et réinvente les œuvres du grand répertoire (Brahms, Schubert, Dvorak, Prokofiev…).

Enfin, elle crée le Trio Benzaiten avec Natalia Korsak et Jeanne Hourez (piano) avec lequel elle  s’aventure jusqu’au spectacle musical, par exemple en 2015, la création de Une chose de Schubert, où se croisent la musique, la littérature et l’art vidéo.

Depuis 2003, elle est professeur au Conservatoire départemental de musique des Alpes-maritimes pour transmettre sa passion pour la mandoline et la formation musicale.

Les concerts/spectacles qu’elle produit pour le festival comme « Une chose de Schubert », sont  demandés dans de nombreuses manifestations musicales ou culturelles en France mais aussi en Europe.

Anne-Sophie Llorens

Anne-Sophie LLorens

Anne-Sophie LLorens

Premier Prix du CNR de Nice puis du CNSM de Paris, Anne-Sophie Llorens poursuit ses études aux États-Unis à l’université de Yale et à l’université John Hopkins d’où elle obtient un Master de musicologie et d’interprétation.

Elle enseigne actuellement au Conservatoire de Nice et joue régulièrement en Duo avec Sabine Marzé (Duo Romanesca).

 

 Jeanne Hourez-Desombre

Jeanne Hourez

Diplômée du Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Franck Braley et de l’Université de Montréal dans la classe de Dang Thai Son, Jeanne a remporté plusieurs prix dans des concours français soulignant la qualité de son jeu. Elle s’est produite plusieurs fois avec orchestre, notamment l’Orchestre Symphonique de Cannes et a donné régulièrement des récitals solo en France et au Canada. Elle s’intéresse tout particulièrement à la musique de chambre et à la création contemporaine. Cela la mène d’ailleurs à collaborer très souvent avec de jeunes compositeurs.
Parallèlement à ses activités de pianistes, Jeanne s’intéresse aux liens entre musique et littérature, notamment la critique musicale et poursuit une licence en littérature à l’Université de Montréal.
Elle est membre fondatrice du trio Benzaiten qui revisite les classiques du répertoire pour mandoline, mandole et piano.

 

Betty Schiember

Pur produit autodidacte, je suis néanmoins élève dans un atelier privé depuis de nombreuses années.
> Mon travail se construit sur une mythologie personnelle : il peut être nourri au fil de lecture puis vient un dialogue intérieur lié à mes questionnements : l’Histoire, le Temps, la Mémoire (voire la mémoire généalogique Cf. « La Boîte », installation réalisée avec des enveloppes, des cheveux et des plumes), l’Homme avec sa part animale et culturelle (Cf. le triptyque « Loup, Corbeau, Chimère » ainsi que « Le Cheval de Troie » inspirés par Herman Hesse, Carlos Castenada, Edith Hamilton).
> Mon processus de création peut être lié à un jeu enfantin : marabout, bout de ficelle, scelle de cheval etc, une idée en amène une autre et des ponts entre passé présent futur se côtoient. Comme une spontanéité de mettre en résonance la mutation du monde avec ce que je suis, ce que je ressens. Quel chemin allons-nous prendre ? (Cf. paysages avec « Perspectives Improbables 1 et 2 », « Vaincre la Tarasque »)
> Mon souhait est de garder la capacité à rêver, la capacité à fouiller en soi pour inventer, imaginer. Lorsque les mots ne sont pas là, il y a la peinture et la musique

Sandra Najem

Construction

Dans le cadre du spectacle « Charlotte Salomon : vie ou théâtre », Sandra Najem présente une installation dans la salle du Palais Lascaris intitulée Passages et Plis.

Elle vous invite à découvrir sa façon d’interroger son identité féminine, soucieuse du temps qui passe et des transformations qu’il induit.

Elle utilise son expérience comme matériau. Ce travail fait écho à Leben ? oder Theater ?, le recueil posthume de Charlotte Salomon, qui a trouvé dans l’art sa liberté de femme.

Sandra Najem travaille depuis 16 ans avec l’atelier d’artistes Atelier Bô, à Nice.

 

 

Comments are closed.