Programme 2018

Dossier de presse 2018 à télécharger ici

Le festival se déroulera du mercredi 18 au samedi 21 juillet 2018

 

 Programme

Mercredi 18 juillet : 21h Eglise St Pierre

Concert d’ouverture consacré aux « concertos pour mandoline ». Plusieurs solistes interpréteront des œuvres de Bach , Vivaldi, Calace et des créations d’œuvres spécifiquement écrites pour l’occasion (Mike Marshall). Ils seront accompagnés par le quatuor de chambre de l’orchestre de chambre des Cévennes, sous la direction de François Gilles, violoniste.

 

Jeudi 19 juillet :

Le jeudi nous entraînera dans une promenade musicale dans les rues et placettes du village.

 

Vendredi 20 juillet :

Le vendredi sera consacré à l’amitié et à la musique franco-japonaise dans le cadre de la célébration « japonisme 2018 – les âmes en résonance ».

 18h : Concert gratuit place de la Mairie

Duo Romanesca ( Sabine Marzé à la mandoline et Anne-Sophie Llorens à la guitare) , Marine Moletto (mandoline) et Hideaki Tsuji (guitariste et joueur de shamisen, instrument traditionnel japonais)

21h : Eglise St Pierre

Yasunobu Inoue et le trio Benzaiten (Natalia Korsak, Sabine Marzé et Jeanne Hourez)

 

Samedi 21 juillet : 21h Eglise St Pierre

Concert de clôture
Première partie : « Paradis latin » Trio mandoline, guitare et contrebasse avec Julien Martineau, Eric Franceries et Laurène Durantel.

Seconde partie : « musique de films » avec tous les musiciens invités.

 

 

 Les artistes

 

Quatuor de l’orchestre de Chambre des Cévennes :

Musiciens : François GILLES, violon; Sarah LABROUSSE, violon; Bernard POZZERA, alto; Sophie HAUTIER, violoncelle.

François Gilles

Présentation de l’OCC :

L’Orchestre de Chambre des Cévennes est un ensemble orchestral à géométrie variable, allant de l’orchestre symphonique à des groupes plus intimistes de deux, trois ou quatre musiciens. Basé au cœur des Cévennes méridionales dans la commune du Vigan, il rayonne au-delà des frontières de la Région Occitanie, accompagnant régulièrement divers artistes, solistes instrumentaux ou lyriques, dans un répertoire allant de l’époque baroque à nos jours.

Son quatuor est constitué du Violon-Solo-Conducteur de l’ensemble et de musiciens de l’OCC, professeurs de conservatoires et concertistes.

Vincent Beer-Demander

Vincent Beer-Demander

Après des études au CNR de Toulouse et à l’ENM d’Argenteuil dans la classe de Florentino Calvo, Vincent BEER-DEMANDER étudie en Italie au Conservatoire de Padoue avec Ugo Orlandi et à l’Ecole Normale de Musique de Paris avec le maître Alberto Ponce.
Il est actuellement professeur au Conservatoire National à Rayonnement Régional de Marseille en France, et Conservatoire Royal de Liège en Belgique.
Dédicataire de nombreux compositeurs contemporain, dont Vladimir Cosma, Lalo Schifrin,  Claude Bolling Francis Lai, Jean Claude Petit, Hamilton de Holanda et Richard Galliano, il est également récompensé en 2008 par un 1er prix à l’unanimité et félicitations du jury de composition dans la classe de Régis Campo du CNRR de Marseille.
Il mène une double carrière de  pédagogue et de concertiste dans le monde entier et collabore avec les plus grands orchestres européens.

Yasunobu Inoue

Yasunobu Inoue

 

Yasunobu Inoue est depuis 2006 directeur du Concours International de Mandoline d’Osaka dont il a fait l’un des plus prestigieux au monde.
Lauréat de nombreux concours, c’est le maître du classicisme élégant

 

Julien Martineau

Julien Martineau PL1 ©Jean-Baptiste Millot

Julien Martineau est l’un des très rares mandolinistes à mener une carrière internationale dans le monde de la musique classique. Jean-François Zygel le considère comme « le champion de cet instrument » dont il fait découvrir la sonorité incroyable, notamment dans les pièces de Raffaele Calace, que l’on peut considérer comme le Paganini de la mandoline.

Il accompagne des chanteurs tels que Natalie Dessay, Thomas Hampson, Ludovic Tézier, Florian Sempey et Laurent Naouri. Il crée en septembre 2016 avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, le Concerto pour mandoline de Karol Beffa dont il est le dédicataire. Après des études musicales aux conservatoires d’Argenteuil et de Rueil-Malmaison, il joue dès l’âge de 16 ans à l’Opéra de Paris. Parallèlement, il poursuit des études de musicologie à l’université de la Sorbonne à Paris où il obtient un DEA (master) en 2002. Depuis plusieurs années, Julien Martineau travaille activement avec Savarez, société créée en 1770 et leader mondial des cordes pour guitare, pour développer de nouvelles cordes pour mandoline utilisant les dernières avancées technologiques. Il joue un nouveau modèle conçu pour lui par l’un des grands luthiers actuels, le canadien Brian N Dean. Invité à jouer en concerto avec des orchestres tels que l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre de Chambre de Toulouse, l’Ensemble Baroque de Toulouse, il se produit en soliste dans des salles et des festivals prestigieux : Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs Elysées, Grand Théâtre de Provence, Halle aux Grains à Toulouse, Victoria Hall et Grand Théâtre à Genève, Festival de Besançon, La Folle Journée, Festival de l’Epau, Festival Polignac, Les Estivales du Médoc.

Après avoir enregistré l’intégrale des Préludes de Raffaele Calace pour mandoline solo, Julien Martineau a réuni les plus belles oeuvres virtuoses du répertoire dans son dernier album Paradis Latin (Naïve). Très attaché à l’avenir de son instrument, Julien Martineau enseigne la mandoline au Conservatoire de Toulouse depuis 2005.

 

Natalia Korsak

Natalia Korsak © L.Bouffier

Natalia Korsak est de ces personnages qui impressionnent dès la première rencontre tant on les sent habités par leur art. Elle rayonne du charme subtil et romantique de ses origines slaves. Vouée à la musique depuis sa petite enfance, Natalia Korsak a accumulé un nombre considérable de récompenses dans les plus grands concours internationaux. Sa virtuosité élégante et aérienne emmène son auditoire vers des émotions raffinées et rares.
Après avoir travaillé dix ans comme soliste à la Philarmonie Nationale de Biélorussie et comme professeur de domra à l’Académie Supérieure de Musique de Minsk, Natalia Korsak enseigne actuellement la mandoline au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Annecy et dirige l’Estudiantina d’Annecy.
Elle a accompagné le Festival depuis sa création et a contribué largement à son succès et à sa réputation auprès des meilleurs mandolinistes mondiaux. Avec Sabine Marzé et jeanne Hourez, elle est membre du Trio Benzaiten.

 

Nikolaj MARETZKI

Nikolaj Maretzki

Nikolaj Maretzki est actuellement directeur des spectacles et tournées de l’Orchestre Philharmonique de l’État biélorusse avec lequel il s’est produit dans le monde entier des USA au Japon en passant par les principaux pays d’Europe. C’est l’un des maîtres des instruments à plectre les plus recherchés au monde, ce qui lui vaut d’être régulièrement invité en tant que membre du jury des plus prestigieux concours internationaux. Par ailleurs il a joué sous la direction de Rostropovitch. Il met son immense talent au service d’un jeu puissant exploitant à merveille les possibilités insoupçonnées de la mandoline. Lui aussi a participé à la création du Festival en 2009 et lui est fidèle depuis.

 

La Directrice artistique

Sabine MARZÉ

Sabine Marzé

C’est autour de son talent, reconnu notamment par le premier prix du Concours International d’Osaka en 2007 que se rassemblent les artistes de renom qui viennent faire du Festival de Castellar un des hauts lieux mondiaux de la mandoline classique. Sabine Marzé a commencé la mandoline à l’âge de 6 ans à l’Académie de Musique Prince Rainier III de Monaco; elle y obtient une médaille d’or de mandoline en 1997, un diplôme d’études musicales en formation musicale à l’unanimité en 2000, puis deux ans plus tard, un DEM en musique de chambre à l’unanimité avec les félicitations du jury. Entre 2000 et 2004 elle se perfectionne auprès de Gertrud Weyhofen, Caterina Lichtenberg et Nikolaj Maretzki. Elle accomplit l’exploit de faire passer un touchant lyrisme à travers un jeu tout en virtuosité et rigueur.

En tant qu’interprète, elle est régulièrement invitée des orchestres philharmoniques de Nice et de Monte-Carlo pour des programmes où la mandoline est particulièrement mise en valeur mais aussi avec l’orchestre de chambre des Cévennes avec lequel elle interprète les concertos du grand répertoire pour mandoline : Vivaldi, Hummel, Calace….

Très engagée dans la musique de chambre, Sabine fonde le Duo Romanesca avec la guitariste Anne-Sophie Llorens, avec laquelle elle entraîne le public dans un voyage musical au travers de toutes les époques et dans des styles différents.

 

Duo Romanesca

Autre projet majeur, l’ensemble Ton’Art qui, avec ses amis biélorusses Natalia Korsak et Nikolaj Maretzki, explore et réinvente les œuvres du grand répertoire (Brahms, Schubert, Dvorak, Prokofiev…).

Enfin, elle crée le Trio Benzaiten avec Natalia Korsak et Jeanne Hourez (piano) avec lequel elle  s’aventure jusqu’au spectacle musical, par exemple en 2015, la création de Une chose de Schubert, où se croisent la musique, la littérature et l’art vidéo.

 

Trio Benzaiten ©L. Bouffier

Depuis 2003, elle est professeur au Conservatoire départemental de musique des Alpes-maritimes pour transmettre sa passion pour la mandoline et la formation musicale.

Les concerts/spectacles qu’elle produit pour le festival comme « Une chose de Schubert », sont  demandés dans de nombreuses manifestations musicales ou culturelles en France mais aussi en Europe.

 

Anne-Sophie Llorens

Anne-Sophie LLorens

Premier Prix du CNR de Nice puis du CNSM de Paris, Anne-Sophie Llorens poursuit ses études aux États-Unis à l’université de Yale et à l’université John Hopkins d’où elle obtient un Master de musicologie et d’interprétation.

Elle enseigne actuellement au Conservatoire de Nice et joue régulièrement en Duo avec Sabine Marzé (Duo Romanesca).

 

Jeanne Hourez-Desombre

Jeanne Hourez

Diplômée du Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Franck Braley et de l’Université de Montréal dans la classe de Dang Thai Son, Jeanne a remporté plusieurs prix dans des concours français soulignant la qualité de son jeu. Elle s’est produite plusieurs fois avec orchestre, notamment l’Orchestre Symphonique de Cannes et a donné régulièrement des récitals solo en France et au Canada. Elle s’intéresse tout particulièrement à la musique de chambre et à la création contemporaine. Cela la mène d’ailleurs à collaborer très souvent avec de jeunes compositeurs.
Parallèlement à ses activités de pianistes, Jeanne s’intéresse aux liens entre musique et littérature, notamment la critique musicale et poursuit une licence en littérature à l’Université de Montréal.
Elle est membre fondatrice du trio Benzaiten qui revisite les classiques du répertoire pour mandoline, mandole et piano.

 

 

Eric Franceries

Eric Franceries

 Victoires de la musique 1994, avec Claude Bolling et Jean-Pierre Rampal, Eric Franceries apparait comme l’un des plus talentueux guitaristes de sa génération. Son style, alliant virtuosité et rigueur, constitue un véritable régal pour les amateurs de cet instrument. C’est à l’âge de huit ans que l’artiste a débuté son apprentissage de la musique, sous la tutelle de son père, Marc Franceries. Après avoir pendant un certain temps mené de front guitare et basson, il obtient pour ces deux instruments une médaille d’or, au Conservatoire de Toulouse pour le premier, et au Conservatoire de Lyon pour le second. C’est finalement à la guitare qu’il décide de consacrer sa carrière. Une voie dans laquelle son talent va pleinement éclater. A vingt ans, il remportera le Premier Prix du CNSM de Paris, dans la classe d’Alexandre Lagoya, puis plusieurs Concours Internationaux : Carpentras (1980), Sasari (1982), Radio-France (1983). Il se produira régulièrement en concert aussi bien en soliste qu’en musique de chambre, du Japon aux Etats Unis, en passant par tous les pays d’Europe. La liste de ses partenaires musicaux est plus qu’impressionnante, parmi eux, Claude Bolling, Jean Pierre Rampal, Simion Stanciu « Syrinx », Guy Touvron, son père Marc Franceries… Professeur au Conservatoire de Villeurbanne, son expérience pédagogique l’a conduit à donner des Masterclasses dans le cadre de Festivals de Guitare et d’Ecoles de Musique, en France, en Pologne, en Allemagne, au Danemark, en République Tchèque, en Bulgarie, à Singapour, en Russie, aux USA…

 

Laurène Durantel

Laurène Duratel

La contrebasse est un instrument qui s’envisage de bien des façons.
Laurène Durantel est un de ces artistes qui veut jouer avec toutes les facettes de son instrument.
Apres des études au Conservatoire National de Paris, elle devient membre de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, puis contrebasse solo du même orchestre.

Elle enregistre deux disques consacrés au compositeur G.Bottesini, avec le piano Daniel Benzakoun et le violoniste Eric Lacrouts.
En tant que chambriste et soliste, elle joue dans les grandes salles européennes, Wigmore Hall, Theatre de la Ville, Hamburg Laeiszhalle.. auprès de musiciens tels que le quatuor Ébène, Elias quartet, Belcea quartet, Valentin Erben, François Salque, Matthias Goerne, Celine Frisch, Mark Bouchkov….
Elle accorde une part centrale à la pédagogie, et une réelle réflexion à l’enseignement. Elle fonde en 2003  l' »Académie de contrebasse », qui durera 10 ans.
Un temps membre de l’ensemble Carpe Diem puis professeur au CRR de Toulouse, elle est maintenant membre de l’Ensemble 360, successeurs du Lindsay string quartet au Crucible theatre de Sheffield, depuis sa création.
Elle joue désormais avec l’Ensemble Variances et le compositeur Thierry Pecou, l’Ensemble Calliopee, l’Ensemble TM+.
Elle fait partie du quintette à cordes Smoking Joséphine, avec Genevieve Laurenceau.
Elle reçoit en 2015 le prix Nordmetall au festival Mecklenburg-Vorpommern, et est lauréate Juventus 2013.
Son nouveau spectacle, « Tue-Tête », a été présenté en novembre 2016 au Théâtre de la Ville.
Elle joue une contrebasse Bresciane du 17ème siècle. 

Hideaki TSUJI (shamisen/guitare)

Hideaki Tsuji

Né au Japon, il commence sa formation de guitare classique à l’âge de 15 ans et poursuit ses études musicales en France, notamment à Paris et au conservatoire de Strasbourg qu’il termine avec succès dans la classe de Pablo MARQUEZ. Parallèlement, il commence l’étude du Shamisen auprès de maître Toshinori KYOGOKU. Actuellement, il enseigne au conservatoire de Strasbourg et se produit aux nombreux festivals, Festival Musica de Strasbourg, Santory Summer Festival (Tokyo), Accademia Musicale Chigiana (Italie), Festival europalia (Bruxelles), cinema muet en concert à l’auditorium du Louvre, Jazz sous les Pommiers (Coutances), etc. en tant que soliste dans plusieurs ensembles de musique contemporaine comme Contrechamps(Gnève), Nieuw ensemble(Amsterdam), ensemble Linea(Strasbourg) et participe à divers projets de musiques traditionnelles avec Abhisek Lahiri(sarod), Phillipe Peris(didjeridoo), groupe Iônah, ensemble Sakura, Fusions Japonaises.

Patrick Barbato

Patrick Barbato

 

Né à Nice, il commence ses études musicales dès l´âge de 5 ans. Après son diplôme au CNR de Nice, il entre au CNSM de Paris où il obtient un premier prix de Contrebasse. À l´École Normale de Musique de Paris il obtient un diplôme de direction d´orchestre dans la classe de Pierre Dervaux. il est engagé comme contrebasse-solo dans l´Orchestre National du Capitole de Toulouse, poste qu´il occupe de 1978 à 1992: En 1992 il rejoint l´Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Passionné de Musique de chambre, il fonde en 2010 le Quintette à cordes Archetis. Il est ailleurs membre de plusieurs groupes de Jazz et s´intéresse particulièrement à l´orchestration et à l´arrangement.

Marine Moletto

Marine Moletto

 

Marine Moletto née en 1999, elle débute la mandoline au côté de Sabine Marzé dès l’âge de 7 ans au Conservatoire des Alpes Maritimes, plus précisément dans le petit village de Tende. Passionnée de musique, Marine développe sa technique auprès de Nikolaj Maretzki et de Natalia Korsak depuis le 1er Festival International de mandoline de Castellar en 2009.

En 2017, elle intègre l’Académie Rainier III de Monaco afin de poursuivre ses études musicales et participe parallèlement au week-end Hitchcock organisé par la Philharmonie de Paris lors du concert de l’orchestre à Plectre au côté de Florentino Calvo et Vincent Beer-Demander.

 

Cyril Ciabaud

Cyril Ciabaud

Cyril Ciabaud est second hautbois solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et soliste de l’Ensemble Multilateral. Il est invité comme hautbois solo dans de nombreux orchestres dont l’Orchestre National de France,  l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre de chambre de Paris… Après de brillantes études aux conservatoires de Menton et Nice, il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et de Paris. Passionné de musique de chambre, il se produit dans de nombreux festivals tels que Juventus à Cambrai, festival de musique de chambre de Menton, Saou chante Mozart…

Sébastien Bertrand

Sébastien Bertrand

Professeur des écoles, diplômé de violon au Conservatoire de Nice en 1993, titulaire d’une Maîtrise de Musicologie et d’une maîtrise d’Italien sur l’Opéra à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, c’est tout naturellement que Sébastien Bertrand se dirige vers le chant lyrique en 2006, après avoir joué, en tant que violoniste, dans de nombreuses formations de musique de chambre et d’orchestres de la région.

Baryton-basse, il chante depuis 2006 au sein du Chœur Philharmonique de Nice dirigé par Giulio Magnanini. Il est membre de la Compagnie Lyrique Madame Croche dirigée par Stephan Nicolay et évolue dans différents chœurs de la région comme le Chœur Ephémère et le Chœur Corason dirigés par Sarmad Khoury, le Chœur de chambre Alcyon dirigé par Bruno Pasquier, l’Ensemble Vocal de Nice dirigé par Philippe Negrel…

Il participe régulièrement à différents festivals comme le Festival Opus de Gattières, de Biot, le Festival de Musique Sacrée d’Antibes, le Festival de Musique Sacrée de Nice, Les Voix du domaine Renoir à Cagnes sur Mer…

Après avoir commencé le chant auprès de Gabriele Neugebauer mezzo-soprano du chœur de l’Opéra de Monte-Carlo, il se perfectionne désormais auprès de la soprano Agnès Chauvot, professeur à l’opéra-studio de Bruxelles dirigé par José Van Dam.

 

Marie-Caroline Lafay

Marie-Caroline Lafay

Marie-Caroline Lafay, soprano lyrique, s’initie au chant à Paris auprès d’Eva Saurova, puis au Conservatoire de Saint Cloud en région parisienne. Son parcours l’amène dans le sud de la France, où elle poursuit sa formation et obtient sa médaille au Conservatoire d’Antibes, dans la classe du ténor Albert Lance et de la mezzo-soprano Iris Parel, puis avec Iane Roulleau. Elle poursuit sa formation en bénéficiant de l’enseignement et des master classes de la cantatrice et professeur Agnès Chauvot pour le perfectionnement et le travail d’interprétation des airs d’opéra, lieds et mélodies.

 

Ses collaborations avec l’Opéra de Nice et le Chœur Philharmonique l’ont amenée à participer sur scène à des opéras tels que Carmen, Tosca, Traviata, Turandot, Cosi Fan Tutte…

 

Les saisons du Festival Opus à Gattières l’ont vue dans Madama Butterfly, l’Elixir d’Amour, La Bohême. Elle participe aux grands rendez-vous musicaux tels que le Festival Lyrique de Biot avec la Compagnie Madame Croche, le Festival St-Jean-Cassien, et a également été soliste sur scène à de nombreuses reprises dans des œuvres telles que : Rêve de Valse (Oscar Strauss), Galathée (Victor Massé), La Fille de Madame Angot (C. Lecocq), Der Schauspieldirektor (Mozart), Mireille (C. Gounod)…

 

Elle se produit également en tant que soliste dans des oratorios et des pièces du répertoire sacré, comme à Toulon sous la direction de Jacques Wolfmann (Charpentier, Durante, Vivaldi, Bach, Duruflé…) ainsi que pour des célébrations de la Schola Saint-Pierre à Nice, et dans le cadre de récitals et évènements privés.

Son répertoire est varié : musique sacrée, oratorio, opéra, opérette, mélodie française, lieds…

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.